Archives de catégorie : postface

Concert du 4/11/2018

Cinquième suite pour violoncelle seul de Bach, sonate pour violon seul de Prokofiev, suite pour violoncelle de Cassadó interprétées successivement sur deux excellents instruments de luthiers français du XIXe

  • un violon de 1808 du luthier Pique à Paris (à l’angle de la rue de Grenelle-Saint-Honoré  – aujourd’hui rue Jean-Jacques Rousseau – et de la la rue des Deux Ecus – qui n’existe plus).
  • un violoncelle d’Hippolyte Coussin de même époque sur le modèle d’un Guardagnini

Des instruments servis par des interprètes d’une grande justesse et d’une grande sensibilité.

Et d’une entente parfaite pour une sonate violon-violoncelle sublime, dernière pièce du programme.

En bis, le duo Pandora a joué la pasacaille d’Halvorsen (1864-1935) sur un thème de Haëndel.

La rencontre du 25 octobre avec Valérie Zézé

Bel échange entre le public, dont une part avait lu avec beaucoup d’émotion et d’admiration la BD où se raconte son histoire récente avec une Valérie Zézé très en forme, cette jeune française (elle a tout de même 52 ans) qui vit actuellement à Nanthiat, soutenue par Sylvie Leroy, la directrice de l’atelier d’ornement.
Valérie a parlé assez librement de son enfance française, la DASS à son arrivée et les familles d’accueil assez sordides, l’institut de la Providence à Amiens, où elle était la seule « black », plus tard la vie en détention dans le cas des peines brèves (et la Belgique n’est pas différente de la France à cet égard).
Elle a parlé aussi de sa relation apaisée avec le père dont elle est la fille ainée (avec lequel elle n’a jamais rompu), de l’impact de tous ces événements sur la vie de son fils trentenaire, aujourd’hui établi à Bruxelles.
On a pu au passage apprécier la qualité du travail de la communauté thérapeutique Maison André Le Gorrec à Brantôme, qui aide les patients à faire de leur victimisation une force et ainsi la surmonter (je simplifie outrageusement, sinon tout le monde saurait le faire).
On attend avec impatience en 2019 la parution de ses deux livres, en cours de correction.
Un Conte (dont j’ai oublié le nom) et un roman (Devant le Barreau – Derrière le Barreau) dont les premiers feuillets avaient déjà fait l’objet avec un certain succès, d’une lecture théâtralisée mise en scène par Patricia Houyoux.
Bien entendu, comme à l’accoutumée, les échanges se sont prolongés autour du verre de l’amitié.